07 62 03 80 53

Pollution de l’Isère par les déchets

L’Isère est une rivière qui prend sa source dans le Parc national de la Vanoise et qui se jette dans le Rhône à quelques kilomètres au nord de Valence, parcourant ainsi 280 km.  Du glacier de la Galise à Aigueblanche, elle traverse Bourg Saint Maurice, Aime et Moutiers. Tout au long de son parcours elle va rencontrer machine à laver, moteur de voiture, ferraille, encombrant en tout genre. Elle va aussi transporter sacs poubelles, canettes, mégots de cigarettes… Notre magnifique torrent ressemble, par endroit, à une décharge à ciel ouvert. Outre les diverses atteintes naturelles ou dues aux activités humaines, la problématique des déchets sauvages est grave. Elle menace l’équilibre de ce milieu vivant ! A chaque balade, cette triste réalité (ré)apparait.

Pas moins de 13 déchetteries en Tarentaise, des points de collectes de déchets spéciaux (ampoules, batteries, piles, cartouches d’encres, etc.) présents en nombres sur le territoire, containers, chalets à cartons…

Aujourd’hui encore et malgré toutes ces solutions, associations, Communauté de Communes, habitants des villages de vallée, enfants via les établissements scolaires, organisent des opérations de nettoyage des berges. Et même si ces journées sont conviviales, il semble évident que beaucoup préfèreraient ne pas avoir marcher sac poubelle à la main, gilet jaune sur le dos et gants à chaque main, des heures durant, pour ramasser ces tonnes de déchets polluants l’eau de l’Isère.

Lors de l’opération de nettoyage 2018 organisée par un collectif d’habitants, pour le seul tronçon Aigueblanche – la Léchère, en 3h à peine, 70 personnes ont déterré-ramassé-cueilli-pêché : 1,9 tonne d’encombrants (plastiques, caoutchoucs, etc.), 2.5 tonnes de ferrailles, 40 kg de bouteilles en verre, 5 kg de canettes et de bouteilles en plastique ainsi que l’inévitable mégot au nombre approximatif de 200.

Un camion équipé d’un treuil était nécessaire pour sortir les grosses pièces : 2 motos, une carcasse de voiture… Mais d’où vient cette matière géotextile qui se dépose sur les branches des arbres ? Est-ce des lingettes qui se dégradent ? Ce filtre et son huile : Quelqu’un qui a fait sa vidange ?

Un jour les ramassages des déchets le long des berges de l’Isère ne seront plus nécessaires, on l’espère !  

Les solutions locales :

Branchez-vous !